filtre-avec-monoroue

FILTRE AVEC MONO-ROUE 
2014
roue, bois brûlé, farine, papier percé
2.20 m x 0.4 m x 0.6 m
Cette sculpture se présente comme un outil. instable et déséquilibré à cause de sa monoroue. La sculpture en forme d’entonnoir à besoin de l’implication physique d’un individu pour que le mouvement apparaisse et laisse au sol une trace de son déplacement. Il y a une relation de cause à effet de haut en bas, à savoir secouer, tomber, faire trace.

ebranle-toi

EBRANLE TOI
2015
bois, grés chamotté et corde bleu
1,70 m x 3 m
Cette sculpture in situ pose la question d’une indétermination. Moulin à eau, roue ou poulie? L’assemblage existe grâce à la corde qui soutient et laisse le toit en suspension. Elle lui permet une liberté tout en rappelant aussi la contrainte de la gravité et une certaine fragilité. Questionnement autour de l’ornement en volume, qui permet de donner davantage d’information à une forme relativement synthétique évoquant notamment le toit d’un habitat à l’échelle de l’individu.

ecraseuse

 ÉCRASEUSE, 2015
deux pots de fleur, bois travaillé au tour à bois, métal, poids en métal
2.4 m x 1.1 m
Cette sculpture repose sur un équilibre précaire dont on peut voir les astuces dans la fente entre les deux pots de fleurs. Les poignées interviennent en bas, vers le sol, comme la seule façon de nous saisir de cette forme, nous placer dans une position inconfortable pour la tenir ou la retenir

godot

GODOT
2016
chaussures d’homme recouvertes de plâtre avec empreinte
Godot évoque notamment le terme d’argot Godillot signifiant des grosses chaussures, robustes et souvent usagées par les diverses conditions auxquelles elles sont confrontées. Ici, les chaussures sont recouvertes comme enlisées de plâtre, matériaux de construction, qui garde l’empreinte d’alvéole que l’on retrouve dans les rayons de ruche. Ainsi l’activité fait trace sur le vêtement qui par extension parle directement de l’individu. La question de la mise en relation ou de la tension qu’il peut y avoir entre urbanisation et activité d’élevage est abordée par le poids, l’immobilité ou la difficulté d’avancer. Alourdies, ces chaussures abordent également un ressenti physique qui par la pénibilité ralenti les initiatives individuelles.

cinebulle

CINEBULLE
2014
bâche cousue avec différents fils de couleur, métal, deux sèche cheveux
1.6 m x 0.8 m x0.6 m
Cette sculpture questionne le mouvement avec des moyens réduits. Un contraste entre l’air ambiant et l’air chaud des sèche cheveux permet le gonflement de la bâche qui sert à protéger les sols ou autre lors de travaux. Les objets du quotidien sont détournés pour convoquer de la poésie et une surprise. La forme de la structure en métal, courbés laisse imaginer un léger balancement.